Créez votre compte Beauté et bénéficier de -10% sur votre 1ère commande

Fournisseurs Partenaires

Partenariats

La lettre d'info 

Inscription

Votre avis 

NoteNoteNoteNoteNote
Yveline - 01.04.2015
ne retrouve pas les vernis avec capsules yesensy

Lire les avis (4) Donner votre avis

Choisir son Parfum

OM007.jpg

- Description d'un parfum

Il est impossible de décrire un parfum en faisant la liste de ses composants, d'une part parce que ceux-ci sont souvent très nombreux, de l'autre parce que le parfumeur (malgré certaines pressions de l'Union européenne) n'est pas tenu de communiquer cette liste au public. Par contre, il est possible de classer un parfum selon sa famille olfactive, et de le décrire en fonction des notes qui apparaissent lors de son utilisation. 

Ces notes olfactives se différencient en :

Notes de tête (celles qui sont liées à la première impression olfactive et sont les plus volatiles), 

Notes de cœur (celles qui constituent le cœur du parfum et demeurent pendant plusieurs heures), 

Notes de fond (celles qui persistent longtemps après que le parfum ait été vaporisé et qui peuvent rester des mois sur un vêtement).

 

- Classement par taux de concentration

Il y a des parfums pour toutes les bourses, les prix variant en fonction de la réputation du produit, mais aussi selon le taux de concentration du parfum proprement dit dans l'excipient (alcool type éthanol, etc.) :

  • Les eaux de solide (EdS) (lancé en 1994) sont dosées à environ 1 %.
  • Les eaux légères, sur excipient aqueux, ne contiennent qu'un maximum de 4 % de concentré.
  • Les eaux de Cologne (EdC) (lancé en 1709) sont dosées de 4 % à 6 %.
  • Les eaux de toilette, (EdT) contiennent de 7 à 12 % de concentré.
  • Les eaux de parfum, (EdP) beaucoup plus chères, atteignent un taux de concentration de 12 à 20 %.
  • Les parfums ou extraits. À partir de 20 %, on entre dans le domaine des extraits. Le taux de concentration peut atteindre 40 % dans le cas de parfums particulièrement prestigieux. L'extrait n'est toutefois pas un assemblage pur de matières premières (formule brute utilisée par le parfumeur, aussi appelée concentré ou concrète ) puisqu'il contient également de l'alcool au même titre que l'eau de toilette ou de parfum.
  • Les huiles essentielles : ce terme s'applique aux produits aromatiques et volatils purs extraits des végétaux uniquement ; il ne s'agit donc pas de parfum en tant que tel. Dans l'absolu, le terme d'huile essentielle désigne les composants chimiques non dilués dans l'excipient ; dans la pratique, le terme est souvent confondu, l'huile essentielle ne se trouvant quasiment jamais pure.

Il n'y a pas de différence en eau de parfum et parfum de toilette, les deux termes définissent le même produit. Le parfum de toilette est plutôt utilisé pour décrire un parfum plus concentré comme le veut sa famille olfactive. 

 

- Familles olfactives

Les parfums sont traditionnellement classés en sept grandes familles olfactives, dont les noms peuvent varier selon les modes :

  • Les floraux sont élaborés autour d'une ou plusieurs senteurs florales. Lorsqu'une impression olfactive est fondée sur une seule fleur, on parle de soliflores (c'est le cas de Diorissimoavec le muguet). Dans cette famille , on compte plusieurs sous-familles comme les floraux-fruités (la plus productive en matière de lancements parfumés, les floraux-boisés, les floraux-verts...
  • Les boisés désignent des parfums dominés par des notes boisées telles le vétiver, le cèdre, le santal, le patchouli...
  • Les orientaux sont dominés par un mélange de vanille, de notes de baumes et de résines telles la fève tonka, la coumarine ou l'opopanax, auxquelles se mêlent des notes de bois, d'épices ou de fleurs. Le 1er parfum « orientaux » fut Shalimar en 1925. C'est une famille très large, représentée aussi bien chez les femmes que chez les hommes. La famille orientale comprend plusieurs sous-familles : les orientaux boisés (Allure et Allure pour Homme de Chanel), les orientaux-vanillés (Shalimar, L de Lolita Lempicka), les orientaux-floraux (L'Instant de Guerlain, Flower by Kenzo), les orientaux-épicés (Opium d'Yves Saint Laurent), les orientaux-gourmands (Angel)...
  • Les hespéridés sont construits à base de zestes d'agrumes, et constituent en principe la dominante des eaux de Cologne.
  • Les fougères sont construites sur une alliance de lavande, notes aromatiques, géranium, vétiver, coumarine, mousse de chêne. Elles sont à la base de nombreuses eaux de toilette masculines. Jicky, une des seules vraies fougères au féminin est créé en 1889 par Guerlain. Pour un Homme, créé par Caron en 1934, reste aujourd'hui un des parfums fougère les plus emblématiques.
  • Les chyprés (ou chypres) forment une famille née après la création du parfum Chypre en 1917 de François Coty. Ce sont des parfums initialement construits sur un accord bergamote notes fleuries (rose, jasmin...) et évoluant vers un fond boisé / mousse (mousse de chêne-patchouli) -labdanum.
  • Les cuirs sont des créations olfactives rappelant l'odeur du cuir tanné. On a souvent coutume de classer cette famille, très petite en termes de lancements, dans la famille chypre. Très typés, les parfums cuirs sont généralement portés indiféremment par des hommes ou des femmes. Pour reproduire l'odeur du cuir, on utilise des notes pyrogénées comme lebouleau, l'Isobutyl quinoléine (molécule de synthèse à odeur cuirée puissante et légèrement verte) ainsi que d'autres composants comme les notes animales, le ciste labdanum, les accords tabac ou miel... Exemples de cuirs célèbres : Bel Ami d'Hermès, Cuir de Russie de Chanel, Cuir de Russie de L.T. Piver, Bandit de Piguet, Tabac Blond de Caron.

 

- Techniques de fabrication

On appelle extraction le processus qui permet de transformer en essence une matière première. Les exemples ci-dessous concernent les formes traditionnelles d'extraction, et ne tiennent pas compte des méthodes chimiques utilisées actuellement.

  • L'expression : pratiquée uniquement avec les agrumes, elle permet par simple pression d'extraire l'essence contenue dans l'écorce des fruits. L'opération est aujourd'hui accomplie grâce à des centrifugeuses.
  • La distillation à la vapeur d'eau : la matière première récoltée est disposée dans un alambic, avec de l'eau qu'on porte à ébullition. La vapeur d'eau transporte l'essence dans un condensateur, puis dans un séparateur.
  • La rectification : les essences obtenues par distillation sont parfois purifiées par rectification sous vide, procédé à basse température plus respectueuse des matières fragiles.
  • L'enfleurage à chaud : utilisé avec des pétales de fleurs pas trop fragiles (rose, narcisse), il consiste à les plonger dans un bain de graisse animale que l'on fait chauffer à plusieurs reprises. Lorsque les fleurs ont donné toute leur essence, elles sont jetées et remplacées par d'autres, jusqu'à obtention d'une graisse suffisamment saturée. La graisse est ensuite lavée avec de l'alcool, jusqu'à obtention de l'essence dite absolue.
  • L'enfleurage à froid : utilisé lorsque les fleurs sont trop fragiles (jasmin, tubéreuse). Le principe est le même que pour l'enfleurage à chaud, mais les pétales sont disposés sur des tiroirs remplis de graisse froide. L'enfleurage n'est plus pratiqué aujourd'hui de cette façon.
  • L'extraction par solvants : se fait à l'aide de solvants volatils (éther de pétrole, hexane, benzène, ce dernier n'étant plus utilisé aujourd'hui) suivi en général par une extraction à l'éthanol.
  • La macération : pratiquée pour obtenir les essences animales, elle consiste à laisser macérer la matière première dans de l'alcool.

Une fois les diverses essences obtenues, c'est au parfumeur qu'il conviendra de les mélanger, par de savants dosages dont lui seul a le secret. Le parfumeur utilise pour cela un orgue à parfums, boîtier ou étagère en forme d'orgue contenant une sélection des extraits à mélanger. Puis le parfum obtenu sera mêlé à un excipient, en principe de l'alcool, mais également de l'eau et d'autres solvants avec une concentration plus ou moins forte selon le produit que l'on veut obtenir.

 
 
 
Source : 
Informations bibliographiques sur Parfum
  • Nom de la page : Parfum
  • Auteurs : http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Parfum&action=history
  • Éditeur : Wikipédia
  • Dernière révision : 20 septembre 2010 15:46 UTC
  • Page consultée le : 26 septembre 2010 10:27 UTC
  • Lien vers la version citée : http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Parfum&oldid=57294255
  • Numéro de version : 57294255

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus
OK